Toutes les fois que je m’arrête un instant pour observer la nature et ses comparses m’offrir leurs magnifiques spectacles je me souviens que je suis chanceuse de pouvoir assister à l’immensité de leurs oeuvres. Voici un moment dans le quotidien de milles et uns poissons de l’aquarium Kurochio Sea, le deuxième plus gros bassin au monde qui se trouve au Japon.

Le vidéo est capté avec la caméra Canon 5D Mark II par Jon Rawlinson, un réalisateur de Vancouver.  Magnifique trame sonore du groupe Barcelona qui s’harmonise à merveille avec l’image.

Image 6

p.s. Je vous conseille fortement de visionner le vidéo en mode plein écran HD.

James May, fan et amoureux des legos et c’est bien de la marque de jouet dont il est question, a décidé de réaliser son rêve le plus fou: construire une maison en legos. Je ne parle pas d’une maison en legos pour  jouer aux playmobiles, mais bien d’une baraque habitable!

Cette singulière maison est construite sur 2 étages et il a fallu près de 816 millions de pièces de Legos pour façonner les murs et les pièces!

lego1

lego2

lego3

lego4

lego44

lego5

Ça y est, la bande-annonce des 7 jours du Talion, 3ième roman de l’auteur Patrick Senécal adapté au cinéma est disponible ! Disons que les images sont très efficaces, le montage très bien exécuté et que dire de la musique, quel bon choix! Enfin, je n’ai aucun doute que PODZ ait su rendre honneur au récit. La date de sortie est prévue en février 2010.

p.s. Patrick Senécal vient tout juste de sortir son dernier livre Hell.com, toujours aussi bon pour nous garder en haleine et nous sortir de nos zones de confort…

1981 (affiche)
Ricardo Trogi, réalisateur d’Horloge Biologique et de Québec-Montréal nous présente son 3ième long-métrage, 1981. Récit autobiographique, M. Trogi  nous raconte les différents chapitres de sa vie cette année là. Un peu un gros cul, un nom compliqué à prononcé… il nous partage ses petites bibittes et ses grandes joies.

Ne me cherchez pas le 4 septembre, je serais assise dans une salle popsicle à la main.

Image 1

Le 4 septembre prochain débutera le World Press Photo, une exposition qui sillonne les quatre coins du monde,  cette dernière a vu le jour aux Pays-bas en 1955. Elle lève le cap vers la découverte de plus de 200 clichés de photographes-reporters qui ont affronté mers et marées , présents tant aux moments de contemplation qu’à ceux de détresse.Ils nous dressent à travers leur regard le portrait d’une année, de réalités, de quotidiens, de nouveaux sentiers…

Ici, le soleil se lève tous les jours, là-bas, pas toujours… Ces images nous rappellent que certains ne connaissent que des ciels menaçants.

Objectif en mains, ils mènent tous le même combat; le libre échange de l’information. Ils nous prouvent une fois de plus que si parfois les mots manquent, les images elles, révèlent de lourds récits.

Johan Bävman, photographe suédois nous présente une série de photos illustrant la réalité sombre des albinos en Tanzanie. Exclus, ils sont la cible de meurtriers qui  cultivent  la croyance que leur peau laiteuse amène chance et prospérité.  Pour les intéressés, voici un article sur le sujet.

Au Musée Juste pour Rire jusqu’au 4 octobre.

Endroit mythique de l’Ontario, les chutes du Niagara en font déplacer plus d’un. Attrape-touristes pour certains, attraction incontournable pour d’autres, voici ces fameuses chutes comme jamais vous les aurez vues.

De plus, que dire de la musique thème du magnifique film Little Miss Sunshine: en parfaite harmonie avec les images.

Chose certaine, la ville de Toronto ne m’a jamais parue aussi vibrante.

falls1

falls2

Alice-au-pays-des-merveilles

Les moments en compagnie des personnages animés du grand Walt m’ont fait oublier que j’étais trop petite pour partir à l’aventure. C’est eux qui m’ont permis de croire que je pourrais, quand je serais grande toucher le ciel et dire bonjour à la grande ourse. Ils m’ont aidé à construire les murs de ma cabane, celle dans laquelle je m’évade encore pour me rappeler que tout est possible. Les ballons dans le ciel, des cordes à la main, je les laissais partir vers la Chine. Les étoiles dans les yeux et le coeur qui palpite en attendant la prochaine acrobatie, je ne me lassais pas de les accueillir dans ma petite télé. .Une valise avec tous mes jouets, j’étais toujours prête à traverser.

Une boucle dans les cheveux, je priais mon chat de me me parler.

Des sourires jusqu’aux oreilles et des cartes géantes, assez pour avoir envie de  boire du thé jusqu’à ce que l’horologe décide de s’arrêter.  

J’attends toujours.